DSAA design d’interaction

de 2016 à aujourd'hui

Le diplôme supérieur des arts appliqués du Pôle Design de Villefontaine est une formation (équivalent master) qui a la particularité de mélanger des profils issus du design graphique et du design de produit. La formation s'ouvre sur des pratiques très larges comme le design de services, le design des instances, l'innovation, la recherche-action ou encore le design fiction. L’accent est mis sur les projets en groupes mixtes où nous assurons nous-même le suivi avec le commanditaire à la recherche d'une co-réflexion (en le convoquant plusieurs fois lors du processus de design).

Vie facile (partenariat APRR) :

Qui s’arrête sur une aire d’autoroute et pourquoi ? C’est la question à laquelle nous avons souhaité répondre en préparant une étude ethnographique, encadrés par l’anthropologue Olivier Wathelet, sur l’aire de l’Isle d’Abeau en Isère.

Au croisement entre bureau et domicile, l’aire accueille nombre de travailleurs qui s’arrêtent prendre leur café tous les matins. Pourtant le soir, pas de halte : on souhaite juste rentrer chez soi. Vraiment ? Selon une seconde enquête menée auprès des mêmes personnes, on se rend compte que le retour est surtout l'occasion de faire ses courses, son sport, récupérer un colis ou passer chez le garagiste. Parmi ces services, certains trouvent leur sens sur l'aire dans la dynamique pendulaire (aller-retour) du trajet domicile-travail. Nous avons proposé à APRR de se tourner vers ces services "vie facile" qui existent déjà à proximité et qui pourraient développer leur activité sur l'aire. Nous avons choisi d’illustrer cette idée avec l’exemple du pressing.

Il a fallu réfléchir à un dispositif qui fera l'interface entre les utilisateurs de l'aire et les services autour d'elle et qui ne demande ni une infractructure lourde à gérer pour les uns ni une enième application à installer pour les autres. Avec un bâtiment unique dédié aux dépôts et aux retraits ainsi qu'une interface conversationnelle (SMS ou Chatbot Messenger) qui fait le lien avec tous les services, l'investissement est limité et la logistique simplifiée.

L’objectif de ce projet de design de service était de réfléchir aux interactions et à l’expérience utilisateur dans le contexte d’un lieu de passage comme l’aire d’une autoroute. Ce fut aussi un sujet de choix pour articuler anthropologie et design pour inventer de nouveaux usages.

ORI (partenariat Somfy) :

Avec le développement des assistants personnels intelligents et de l’Internet des objets, la question de la domotique (ou smart home) fait de plus en plus l’actualité. Somfy a fait appel à nous pour réfléchir sur le futur de leurs produits connectés et plus précisément sur la place et le rôle de ses contrôleurs dans la maison. Nous avons choisi leur dernier produit et nous avons travaillé sur son innovation par itérations et chaque étape a fait l’objet d’un dialogue avec l’équipe en charge du projet chez Somfy.

Nina est la dernière télécommande de Somfy. Elle contrôle tous les volets électriques de la maison et permet de programmer les heures d’ouverture et de fermeture de toute la maison. Mais ce qui fut le plus intéressant c’est la fonction “natural control” qui permet d'agir sur les volets avec le geste d'une baguette magique. Cette fonction introduit une notion de magie que nous avons souhaité explorer.

En alternant les expérimentations et les tests d’utilisation, nous avons travaillé à intégrer le geste dans l'utilisation de la Nina sans tomber dans le piège d'un vocabulaire gestuel repoussant. L'objectif était de trouver dans l'imaginaire collectif les actions qui feraient sens. En parallèle, nous avons voulu sortir du rapport systématique à l'écran et réfléchir à une interface qui puisse servir l'idée d'un objet de magie en conservant la transparence et l'évidence de sa fonction.

Cette recherche centrée sur l’innovation nous a permis d’explorer la question du contrôle gestuel et de ses limites dans le contexte d’un usage domestique. Les micro-interactions furent aussi au centre de nos préoccupations en tant qu’elles participent à l’expérience de la magie.

Tiers-Lieux

Avec Sylvia Fredriksson (Cité du Design) et Yoann Duriaux (Open Factory), nous nous sommes intéressés au design des instances dans une démarche de contribution à la recherche. Cette recherche portait sur les nouvelles formes de contribution et de réciprocité dans le contexte de la mutation du travail (et notamment dans les tiers-lieux).

J'ai d'abord cherché à comprendre et rendre compte des relations et des interactions qui se jouent dans un tiers-lieu. J'ai pris comme sujet d'observation la Myne (anciennement La Paillasse à Villeurbanne) qui accueille plusieurs projets collaboratifs, un atelier et un biolab.

L'objectif de mon travail aura été de saisir et de représenter plusieurs notions sur le sujet du « faire ensemble ». Je me suis intéressé aux différentes casquettes que les membres de la Myne pouvaient revêtir, à la richesse et la diversité des échanges, à l'énergie déployée dans les projets.

J'ai ensuite cherché à conceptualiser un objet de médiation pour expliquer ces notions. Même si sa forme est amenée à évoluer, celui-ci de présente sous la forme d'un jeu de construction qui accompagne et représente chaque étape d'un projet commun. Le jeu va être de répertorier chacun des échanges qui vont avoir lieu pendant la réalisation dudit projet.

Vous pouvez retrouver l'ensemble de mes recherches sur le wiki